Albert Barraud (rue du docteur)

Ce chemin assez étroit, serpentant dans le quartier Saint-Seurin entre vignes et cultures, était l’une des plus anciennes voies de Bordeaux. On l’a appelé pendant des siècles rue de la Trésorerie par le fait que, du Moyen Age à la Révolution, le trésorier du chapitre de Saint-Seurin y avait sa résidence, à l’angle de l’actuelle rue Sainte-Luce.
C’est en 1946 que fut donné à cette voie le nom d’Albert Barraud (1907-1945), dont le cabinet médical se situait à proximité, rue Fondaudège.

Né le 1° février 1907 à Khenchela (Algérie), Albert Barraud fut chef de clinique en oto-rhino-laryngologie à l’hôpital Saint-André et passa sa thèse en 1934 sur le sujet : Le cancer du massif facial, indications opératoires et traitement.

Mais il est surtout connu pour ses faits militaires et de résistant. Après avoir été mobilisé en Syrie en 1939, il revient à Saint-André vers la fin de 1942. Il partage immédiatement les idées de personnels hospitaliers qu’il côtoyait tous les jours, et découvre qu’ils constituaient le noyau d’une quinzaine d’infirmiers, de surveillants et d’employés de bureau déjà impliqués dans la Résistance. Qui plus est, le directeur de Saint-André lui-même partageait leur engagement résistant.
Le docteur Barraud met sur pied une organisation d’une vingtaine de personnes (le groupe Marcel Tête, du nom de son fondateur) à partir de fin 1942 jusqu’en juillet 1943, date de son arrestation. Leurs actes de résistance étaient facilités du fait qu’ils possédaient des laissez-passer nocturnes leur permettant de circuler la nuit, car ils appartenaient à l’équipe de défense passive.
Dénoncé, le docteur Barraud est arrêté dans son Cabinet par le commissaire Poinsot. Il est incarcéré au fort du Hâ, laissant son groupe isolé et gêné dans son activité jusqu’à sa reprise en main par le docteur Jean Poinot entré tôt dans la Résistance, dès le 18 juin 1940. Le Toubib, comme on l’appelait, venait d’être libéré des camps de prisonniers et tout juste nommé chirurgien à Saint-André.

Albert Barraud est déporté au camp de Hambourg – Neuengamme dans lequel il se fait remarquer par les soins qu’il apporte avec beaucoup de générosité et de compétence, malgré les moyens limités, aux prisonniers. Nommé médecin-chef du Revier 1, l’infirmerie principale du camp, il aurait pu à plusieurs reprises s’échapper ; il choisit de se consacrer aux détenus.
En avril 1945, il est évacué pour être enfin libéré sur le navire Cap Arcona qui est malheureusement bombardé dans la baie de Lübeck par les anglais, car battant pavillon allemand. Quand il se jette à l’eau pour échapper aux flammes, une embarcation tombée du pont supérieur le heurte et le tue, le 3 mai 1945.

Une école primaire publique porte aussi son nom dans la rue éponyme.

Et un peu plus …
Un ouvrage signé Marie Barraud, la petite fille de Albert Barraud, est paru en janvier 2017, sous le titre Nous, les passeurs, Robert Laffont.
« J’ai voulu raconter l’histoire de mon grand-père et, par ricochet, celle de ses deux fils. J’ai voulu dire ce qui ne l’avait jamais été, en espérant aider les vivants et libérer les morts. J’ai pensé que je devais le faire pour apaiser mon père. Ces mots, c’est moi qu’ils ont libérée. »

Cet ouvrage va bien au-delà de l’admiration d’une petite-fille pour un grand-père qu’elle n’a pas connu et dont la disparition tragique a laissé, dans l’ensemble de la famille, un vide angoissant, créé et entretenu par l’attitude d’une grand-mère, par ailleurs remarquable, qui s’est drapée dans un rôle de veuve digne et muette. Les deux fils, particulièrement le père de l’auteur, ont souffert, non seulement de l’absence du père, mais surtout du choix délibéré de celui-ci de se consacrer avant tout à sa mission, au détriment de sa famille. On apprend en effet qu’il aurait pu, à plusieurs reprise, retrouver sa liberté …

Dr A. BARRAUD photo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s